Retour de la chaleur au bord du Loch Lomond

Retour de la chaleur au bord du Loch Lomond

2 jours magnifiques sans quasiment une seule goutte de pluie dans la région du Loch Lomond.

Je me mets en selle pour arriver à Killin puis rejoindre le Loch Lomond. La route n’est pas très dure, plus de descente que de montée pour une fois, je croise en chemin les chutes de Falloch.
J’opte pour des petites routes plutôt que l’accès direct que me propose le GPS de google pour éviter le maximum de circulation.

Near Killin
Falloch Falls

Une trentaine de kilomètres me permettent d’arriver au bord du Loch Lomond.

Loch Lomond

Je me renseigne sur les possibilités de transport en bateaux pour rejoindre une des îles le lendemain. La partie sud du Loch semble bien plus prometteuse et touristique.

J’opte pour un hôtel cette nuit histoire de dormir au chaud et pour avoir un petit déjeuner le lendemain matin car la route prévue sera longue (un bon plan sur booking.com comme il y en a souvent). J’ai appris après tous ces jours l’importance d’un petit déjeuner ; j’arrive sans problème à doubler le nombre de kilomètres et à diminuer la fatigue en ayant quelque chose dans le ventre dès le matin.

Un des plus gros petit-déj’ de ma vie rend plus aisée la route vers Luss où j’ai réservé un bateau pour arriver sur la petite île de Inchcailloch.

Loch Lomond

J’arrive tant bien que mal à mettre mon vélo et mon équipement sur le petit bateau. (plus de 30 kilos avec la nourriture et l’eau que je transporte)

Bike on boat

Le soleil se montre pour la traversée de 3/4 d’heure ce qui permet de jolies photos.

Mais les plus belles se feront sur cette petite île très sauvage de Inchcailloch qui, autrefois, accueillait un couvent de nonnes.
Il n’y a que 3 petits sentiers différents qui la traversent, je pratique donc presque le Moutain Bike, ce qui me permet d’échauffer le vélo et les cuisses avant les rockies aux USA.

Inchcailloch

Je pose mon vélo pour aller au point le plus haut accessible par des escaliers.

De l’autre côté de l’île le bateau et le quai sont encore plus petits, je comptais rejoindre l’autre bord du Loch de cette manière, mais le marin me dit : « No bikes on this Boat »… Je réponds du tac au tac : « I can fold it ! »
Me voilà en train d’enlever mes sacoches et plier mon vélo sur ce minuscule quai en bois en faisant gaffe que rien ne tombe dans l’eau. Plutôt pratique, même si un peu lourd avec tout mon attirail, j’arrive de l’autre côté du Loch et je continue ma route.
Ce soir, c’est camping sauvage dans la région des trois Loch, direction le Nord vers Aberfoyle où après 20 kilomètres une belle montée m’attend dans une splendide forêt.

Forêt d’Aberfoyle


Ce parc naturel est le seul endroit en Écosse où l’on ne peut camper n’importe où, il y a des zones réservées et un permis à acheter en ligne. Cependant, vu l’emplacement que j’ai déniché ça ne me dérange pas de dépenser 3£, même si il m’a fallu plusieurs heures pour réserver vu la connexion internet dans le coin.

Wild camping en face du Loch Drunkie

7 réactions au sujet de « Retour de la chaleur au bord du Loch Lomond »

  1. Bivouac sur une île déserte ou presque, on en rêve peu le font…mais tu partages généreusement tes photos donc on s’y croit un peu ! J’aime beaucoup la première qui me fait penser à une toile de Peter Doig, une île, un bateau et en plus c’est un Ecossais …On attend impatiemment l’Irlande.

  2. Super post bien étoffé en commentaires et photos !
    Je rejoins James pour la dernière photo, très belle illustration de la liberté !
    bisous de la tanière

  3. Bonjour votre article est vraiment sympa et donne envie… 🙂 J’aimerais savoir pourriez vous me donner le site pour reserver pour dormir dans la foret d’aberfoyle je n’arrive pas à trouver. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *