Waw (Wild Atlantic Way) – Part 1

Waw (Wild Atlantic Way) – Part 1

WaW c’est l’abréviation que je vais utiliser pour nommer la Wild Atlantic Way, une route qui longe toute la côte ouest de l’Irlande du Nord au Sud ; c’est aussi le son que l’on peut sortir quand on la parcoure tellement les paysages sont variés et impressionnants.

Venez découvrir mes premiers jours le long de cette fameuse WaW !

D’abord une journée de train

Je me lève tôt dans cette petite auberge de Belfast car je compte aller vers la côte ouest. Pour m’épargner des centaines de kilomètres dans la campagne Irlandaise, je décide de prendre le train jusqu’à Killarney, petite ville du Sud-Ouest de l’Irlande proche d’un parc national. Depuis Belfast il m’a fallu huit bonnes heures de train avec un changement à Dublin et un changement à Mallow.
J’écoule mes dernières livres sterling en pâtisseries à la gare car le train me permet de quitter le Royaume-Uni et donc d’utiliser des Euros une fois en Irlande.

Pas grand-chose à dire de plus sur cette journée de transport, je passe la nuit dans le camping de Killarney, achète quelques provisions pour les journées suivantes et fais une lessive. La petite ville de Killarney est très sympa et presque tous les pubs proposent un concert de musique traditionnel. Je prends donc une Guinness et me repose dans l’ambiance bruyante d’un petit pub, pas de doute, je suis bien en Irlande.

Mais c’est Dingle cette péninsule !

Réveil un peu tard mais petit-dèj rapide pour enfin commencer la Wild Atlantic Way (WaW). Je passe quand même par le parc national de Killarney qui possède de jolis points de vue. En voulant prendre un raccourci, je rencontre mon premier chemin très boueux, il faut bien un début à tout.

Killarney National Park
Killarney National Park
Killarney National Park

Quelques centaines de coups de pédales me permettent de franchir la barre des 1000 kilomètres parcourus depuis mon départ et d’arriver à la péninsule de Dingle.

Inch Beach
Inch Beach
Dingle Peninsula

Je rencontre une grande bande de cyclistes à l’arrêt, ils sont impressionnés par le poids de mon vélo et mon voyage. Allant dans l’autre sens, ils me donnent des indications pour la suite de la route. J’atteins Dingle après 81 kilomètres sans savoir où je vais camper cette nuit.

near Dingle
Dingle

Je déambule dans la ville, me prends une bière et attends la nuit avant de planter ma tente.
Je finis de manger quand quatre jeunes Irlandais passent à côté de moi et plantent leur tente à quelques dizaines de mètres. Je finis mon repas et vais les rejoindre. Ils ont entre 19 et 21 ans et viennent des villes alentours, ils sont là pour le week-end et apparemment il n’y a aucun problème à planter une tente ici. Je m’exécute donc et accepte les bières qu’ils m’offrent. Nous nous dirigeons vers les pubs de la ville pour voir la fin d’un concert de rock. Quelques pintes en trop plus tard, vers les deux heures du mat’ je retrouve ma tente pour un bon dodo.
Thanks to you guys, it was a very great night !

Conor Pass

Réveil un peu dur après cette soirée. Malgré un petit mal de tête, je me tire de mon sac de couchage, prends un bout de pain et un peu de confiture en guise de petit-dèj et range mes affaires tant bien que mal. Vers midi je suis prêt à attaquer le Conor Pass !
Deuxième col depuis mon départ (après un petit sur l’Ile de Skye), nous voilà sur quelque chose de plus sérieux : 8 kilomètres de montée avec un dénivelé positif de 500 mètres. Ça ne paraît pas énorme comme ça mais après la soirée que j’ai passée et avec 35 kilos d’équipements c’est pas la même. J’arrive tout de même à le gravir en une heure (tout en prenant des photos sur le chemin).

Conor Pass
Conor Pass

Au col, la vue de l’autre côté est dingue (Dingle ?), on voit l’océan, la plage, des lacs. Je croise une famille dont le père vient d’Alsace, ils me félicitent pour cette montée et on échange quelques mots.

Conor Pass
Conor Pass

Pour la descente je mets mon casque pour la première fois (oui je sais je devrais toujours l’avoir sur ma tête), précipice impressionnant et portion de route à une seule voie confirment mon choix.
Arrivé en bas, je me restaure puis continue la route jusqu’à Tralee.

Vers Tralee
Tralee

N’ayant plus trop de force (soit à cause de la soirée, soit à cause du col) je prends le bus pour une petite demi-heure et ainsi débarque à Listowel.

Listowel Castle

Je me fais à manger dans l’immense parc de Listowel et trouve un petit coin pour camper juste à côté. Troisième nuit sous tente, je réserve une auberge pour le lendemain soir avant de m’endormir avant 22 heures !

Listowel Park

7 réactions au sujet de « Waw (Wild Atlantic Way) – Part 1 »

  1. superbes photos, d’autant faites avec precisions que le « mal au cheveux » apres rencontres c’est pas facile; mais sûr avec un si beau voyages faut pas hesiter a rencontrer, faire la fête avec ceux de son âge ….merciamities, bernard

  2. Trop contente de lire tes News
    Nous te souhaitons encore beaucoup de plaisir dans ton périple
    Bonne continuation et super forme à toi!
    Bisous

  3. Merci encore une fois de partager ta grande aventure…tu m’étonnes et waw encore des paysages de rêve et tes photos sur la péninsule de Dingle sont magnifiques et tu as bien raison de le lever le poing en l’air,tu peux être très fière de toi 💪💪💪💪

  4. Ca y est le cadre du vélo commence à être estampillé… Y aura-t-il assez de place pour tous les autres? 😉

  5. Impressionnant ce voyage avec petite oreille. J’aime bien les voyages en mode cyclotoursime . C’est génial ! J’ai une petite puce de bientôt 10 mois ! Ca donne envie de plus bouger avec mon vélo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *