Retrouvailles et acclimatation

Retrouvailles et acclimatation

Changement en Floride

J’ai un changement en Floride dans l’aéroport de Fort Lauderdale. Six heures : juste le temps de marcher jusqu’en ville, de visiter un joli parc où se trouvent des iguanes et de se faire prendre par une sacrée averse.

No comment…
Des iguanes dans le parc

Quelques jours à Lima

J’arrive à Lima et je remarque que la douane Américaine a fouillé mon carton car le scotch a été changé. Une fois à mon hôtel je découvre que c’est le récipient pour essence de mon réchaud à gaz (oui il peut faire les deux) qui a été perquis. Je ne l’avais jamais utilisé auparavant, mais apparemment c’était trop dangereux… Il va falloir que je trouve des bouteilles de gaz jusqu’à la fin de mon périple.
Bref, je visite Lima, sa circulation dense et les klaxons incessants ne me donnent pas très envie de pédaler dans ce chaos. Je laisse donc Zigzag dans son carton et après quelques jours, prends un taxi pour loger à Miraflores. Le quartier est bien plus sympa que celui de l’aéroport, je reste quelques jours dans le coin pour attendre mon ami Guigui (Guillaume) qui doit me rejoindre pour deux semaines au Pérou.

Basilique San Francisco

Il arrive enfin, ça fait plaisir de retrouver un ami et de parler français. Nous visitons le centre historique le temps d’une après-midi avant de prendre un bus pour rejoindre Huaraz et la cordillère blanche, la chaîne de montagnes tropicale la plus haute du monde.
Plus de 35 sommets à plus de 6000 mètres, des glaciers et des lacs nous attendent, moi qui adore la montagne, j’ai très très hâte. Ça va aussi être l’occasion pour moi de poser mon vélo (pour changer) et d’attaquer de vraies grandes randonnées.

Huaraz

Nous arrivons vers 9 heures le matin après une nuit de bus. Nous nous dirigeons vers le AirBnB que nous avons réservé, pour moins de 10€ par nuit nous avons deux chambres, une cuisine et un salon rien qu’à nous !

La vue depuis l’appartement

Nous visitons la très sympathique ville de Huaraz qui culmine tout de même à plus de 3000 mètres d’altitude.
Le lendemain nous entamons une première marche d’acclimatation vers les ruines de Wilcahuain. 14 kilomètres (aller-retour) pour visiter les ruines des tombeaux et maisons de la civilisation Wari.
C’est très fun d’explorer toutes ces petites caves, surtout que nous sommes les seuls visiteurs.

Nous ne montons pas plus haut que 3450 mètres d’altitude : parfait pour une première balade.

Huaraz

Les choses se corsent : Laguna Churup

Aujourd’hui nous décidons de nous acclimater encore plus à l’altitude : direction Pitec pour le trek vers le lac Churup. J’arrive tant bien que mal avec mon espagnol plus que moyen à trouver un taxi qui va nous y emmener en un peu moins d’une heure. Il subsiste encore de gigantesques arbres même à 3800 mètres.

L’ascension commence par des escaliers, bien que le ciel est un peu nuageux le paysage est déjà magnifique.

Nous continuons un peu essoufflés par une montée un peu plus raide où l’on doit s’aider par des câbles scellés dans la roche.

On croise un couple de Français avec qui on discute un moment puis terminons la grimpette.
Arrivés au lac à 4500 mètres d’altitude, nous cassons la croûte devant ce paysage splendide !

Lac Churup
Guigui et un chien suiveur

La pluie commence, nous nous mettons en marche vers un point de vue en hauteur pour admirer une dernière fois les eaux turquoises du lac.

4500 m et encore des arbres !

On redescend bien plus facilement et nous trouvons (comme espéré) un collectivo pour notre retour à Huaraz. Au Pérou les minibus publics utilisés par tout le monde pour se déplacer un peu partout se nomment des collectivo.

2 réactions au sujet de « Retrouvailles et acclimatation »

  1. vous êtes tous les 2 avec un chien suiveur? c’est quoi la civilisation Wari? jamais entendu parler ! Alors pour 15jours tu vas nous montrer les randonnées programmées du Perou? astu l’intention d’aller au contact des habitants, en chambre d’hôtes?, bonne chance pour la suite, amities , Bernard

  2. Bravo, comme prévu, à présent que tu as dépassé le centre de la Terre, tu peux enfin refaire surface !? Nous sommes tous avec toi, et n’oublie pas de ramener une petite plante dont raffolent les jardins botaniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *