Vers le Titicaca et la Bolivie

Vers le Titicaca et la Bolivie

Il est l’heure pour moi de dire au revoir à Cusco et de reprendre ZigZag pour de bon. En effet, depuis que je suis au Pérou je n’ai pas pédalé beaucoup de kilomètres et il est temps de me diriger vers la Bolivie. Voilà un rapide résumé de ces semaines à vélo pour atteindre le lac et passer en Bolivie.

Pédalage dans les Andes

Après une petite semaine de repos à Cusco pour profiter de ses sublimes marchés, des panoramas et de la vie très calme, je me remets en selle pour de bon. Cela faisait un moment que je n’avais pas pédalé plusieurs heures de suite, il est temps de m’y remettre. Je prends la direction du sud à travers les Andes pour aller voir le lac Titicaca.

Cusco

Peu à peu mes jambes se réhabituent à ce genre d’effort. Je passe plusieurs cols, et visite rapidement les jolies petites villes comme Sicuani, Ayaviri, Azangaro…

Les jours défilent et les kilomètres aussi, le temps devient de plus en plus chaud au fur et à mesure que je me rapproche du Titicaca. Je décide de passer par le côté Nord (Est) du lac car c’est beaucoup moins touristique. Il y a donc beaucoup moins de trafic et l’itinéraire semble beau.

Une vigogne

Les couleurs des montagnes sont très jolies, des tons très pastels et ocres qui contrastent bien avec le ciel très bleu. Hormis les chiens qui ne peuvent s’empêcher de poursuivre les cyclistes, les journées de vélo sont très agréables.

Aux environs d’Azangaro
Non ce n’est pas encore le fameux lac

Puis le doute s’immisce, quelle est la bonne procédure pour sortir du Pérou ? Y a t-il un vrai poste de douane de ce côté du lac ? Après vérification je lis qu’un poste de douane est ouvert de ce côté depuis 9 mois seulement. J’ai de la chance, car sinon j’aurais dû faire marche arrière jusqu’à Puno et perdre plusieurs centaines de kilomètres !!

L’impressionnant Titicaca

Après avoir dormi à Huancané, j’arrive enfin au lac navigable le plus haut du monde. La route est magnifique avec très peu de trafic, j’atteins le charmant village de Moho après une sacrée ascension.

Moho
El Titicaca

Quelques kilomètres plus loin les vues du lacs s’enchaînent, la route devient splendide !

Je ne peux m’empêcher de m’arrêter pour profiter d’une après-midi et d’une soirée pour camper en son bord. Se laver dans le Titicaca : check !

Le bivouac

Bureaucratie Péruvienne et rencontres

Le lendemain je pédale une petite quinzaine de kilomètres pour arriver au poste de douane (pour sortir du Pérou) à Tilali, confiant de rallier la Bolivie dans la journée. Malheureusement mon visa est dépassé de trois jours, je dois donc payer une amende de 3€ environ. Le problème c’est que je dois me rendre à une banque nationale pour payer mon dû et la seule dans le coin se trouve au village de Moho 35 kilomètres en arrière.
De plus, la personne pouvant me faire quitter le Pérou dans les règles ne sera pas présente aujourd’hui mais demain.
Je peux prendre un bus, mais la route est tellement magnifique que la refaire une deuxième fois ne me dérange pas, et puis j’ai toute la journée devant moi.

De retour à Moho après la paisible route je paye mon dû à la « Banco de la nacion » et vais manger dans le resto du village. Durant mon repas, je remarque un cyclotouriste à l’entrée du restaurant, je m’en vais le saluer et découvre toute une bande de six cyclotouristes français !
Je n’ai pas croisé un seule cyclotouriste français depuis le début de mon voyage et très peu de cyclotouristes ces derniers jours.
On discute rapidement et ils se joignent à ma table. Je leur raconte mon petit problème administratif et leur conseille donc cette route au bord du lac.
Après ravitaillement, on se lance tous ensemble sur cette route que je ride déjà pour la troisième fois.

Ils sont 3 couples, certains ont commencé à pédaler à Lima, et ont tous prévu de faire un tour d’Amérique du Sud et certains transportent même leurs parapentes ; ils se sont tous retrouvés au fur et à mesure.
Je suis Alex et Marie qui sont plutôt motivés pour aller plus loin sur la route et ainsi s’avancer vers la frontière que l’on compte tous traverser le lendemain. Je leur propose l’emplacement de bivouac que j’ai trouvé la veille.

On passe une bonne soirée bien que le soleil se couche à 18 heures, on profite de l’emplacement magique pour faire un feu.

Bolivia

Le lendemain matin, on arrive à Tilali et on se rend au bureau de l’immigration. Malheureusement le bonhomme ne semblait jamais avoir vu une telle affluence à son bureau et en plus de ça, il n’a pas internet à cause d’une récente tempête. Il doit donc vérifier si tout est en règle sur son téléphone. Cela lui prend plus d’une heure pour nous sept.
Après ces multiples contre-temps nous prenons enfin la piste caillouteuse qui va nous mener à la frontière. Le col n’est pas une mince affaire, mais le paysage vaut le coup.

Bolivia
Frontière géographique

Le moins que l’on puisse dire c’est que c’est plutôt atypique comme passage de frontière, nous n’avons pas vu un seul véhicule entre les deux villages.

Bref, à la prochaine Pérou !

4 réactions au sujet de « Vers le Titicaca et la Bolivie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *