Sud Lipez part 1 – Mise en jambe

Sud Lipez part 1 – Mise en jambe

Première partie pour le sud de la Bolivie : après la fin des salars, je continue ma route avec Alex et Marie pour la région du Sud Lipez réputée pour être magnifique et hostile.

Vers d’autres vents

Sur l’île au cactus, un peu avant 6 heures du matin, je me réveille (un peu après les autres…) pour prendre mon vélo et faire une balade matinale de l’autre côté de l’île pour voir le lever du soleil.
La nuit n’a pas été si froide mais au petit matin, à l’ombre de l’île, la température réveille rapidement.

Heureusement le soleil réchauffe

On range toutes nos affaires puis nous nous offrons un petit-dèj au snack de l’île… Si c’est pas du luxe…
On admire une dernière fois les cactus de ce lieu impromptu où les touristes arrivent déjà en nombres.

On enfourche nos montures pour la trentaine de kilomètres qui nous reste jusqu’à la sortie du Salar.

Visiblement pas besoin de GPS ici…

On revient sur la terre après une séance photo, s’ensuivent plusieurs dizaines de kilomètres de piste jusqu’au mignon et minuscule village de Colcha K. C’est dimanche, tout est très calme mais nous trouvons tout de même une épicière qui accepte gentillement de nous servir à manger (poulet, riz et patate évidemment).

Nous nettoyons nos vélos des dernières traces de sel en guise de digestion.
L’après-midi est un peu plus dur : les pistes deviennent un peu sablonneuses par endroits mais, surtout, le vent se lève. Un vent de face constant qui devient un combat pour la trentaine de kilomètres qui suivent jusqu’au village de San Juan.

Sable à gauche ou tôle ondulée à droite : au choix 😀

Nous trouvons un hôtel pour la nuit et pouvons ainsi prendre des douches et bien nous préparer pour ce qui nous attend. Cette journée ne devrait en être qu’un aperçu.

Progressivement …

Après une bonne nuit dans un vrai lit (Whaou !) nous préparons nos vélos et rechargeons nos provisions pour les jours qui vont suivre. En effet, la prochaine ville ou village sera dans environ 6 à 8 jours. Bien qu’il y ait des hôtels, des points d’eau et quelques commerces pour les touristes venus en 4×4 ; c’est des km² de rien que l’on s’apprête à traverser. Bref, on s’attend à devoir affronter les éléments, surtout après avoir lu et entendu les nombreux récits de traversées à vélo de la région. Zigzag porte donc pas loin de 9 litres d’eau et de la nourriture pour environ 7 jours.

On commence par une première demi-journée de 48 kilomètres qui se complique un petit peu en fin de journée quand le vent fait son apparition et que la qualité de la piste se dégrade.

La maison en ruines indiquée comme possible abri du vent sur d’autres blogs est introuvable, nous plantons donc nos tentes dans une dépression du terrain. Alex et Marie m’invitent dans la leur pour manger tous ensemble, les chaussettes de ski ne seront pas de trop cette nuit.

Nous continuons la même piste le lendemain, ça monte au milieu du sable et des cailloux. On console notre faible vitesse par les paysages.

Ça semble simple là, mais en fait…

Après de trop brefs kilomètres sur une piste de meilleure qualité venant du Chili, nous prenons la direction des Laguna.

Sable et vent qui se lève
Laguna Cañapa

Plein de flamants roses
On devance un petit orage et peu après la montagne blanchit

Nous arrivons à la Laguna Hedionda aux 50ème kilomètres de la journée et nous nous restaurons à l’unique bâtiment du coin : L’hôtel Los Flamencos.

Laguna Hedionda
Los Flamencos Eco Hotel

Les gérants de l’hôtel sont d’une immense gentillesse, ils font de la place dans une salle à manger rien que pour nous pour y passer la nuit. Ils nous offrent même un repas digne d’un resto gastro à base de nombreux légumes.
Tout ça gratuitement ! On est ravis et surpris à la fois 🙂
Nous commandons un petit-déjeuner pour le lendemain matin et allons tranquillement dormir à l’abri du vent

… les épreuves arrivent

Le lendemain, nous partons avec un ventre bien rempli prêts à affronter les dunes que nous rencontrerons.
Le début est tranquille malgré le sable présent aux abords des Laguna suivantes.

Laguna Honda

Puis ce n’est pas les dunes, mais LA DUNE qui nous donne du fil à retordre. L’impression de passer une après midi entière à gravir une infinie montagne de sable est troublante.

Un peu de vie au milieu des cailloux
LA dune au fond entre les montagnes.

L’unique trace de l’homme : les sillons que forment les 4×4 touristiques

Tandis que nous arrivons au sommet de cet amas de sable après de trop nombreuses heures à pousser nos vélos, un vent violent s’invite à la partie pour plus de rigolade…

Dune franchie!

Heureusement nous arrivons à un point où nous abriter : l’hôtel del Desierto. L’accueil est très sympa et on nous offre du thé et du pain gratuitement. Ils nous proposent aussi un coin à l’abri du vent pour nos tentes. On est vraiment reçus comme des rois en tant que cyclistes.

A l’hôtel del Desierto… Il porte bien son nom.

La vue depuis l’hôtel est magnifique mais la soirée devient cependant vite glaciale. Nous nous cuisinons rapidement quelques pâtes avant de nous réchauffer dans nos sacs de couchage.
Le record de lenteur a été largement battu avec une moyenne de 6km/h sur la journée.

La suite de cette aventure éprouvante pour le jour de Noël… si vous êtes sages.

3 réactions au sujet de « Sud Lipez part 1 – Mise en jambe »

  1. Ahhh, ca fait plaisir d’avoir des images de ton dur dur périple en Bolvie….
    Je vois bien le dilemme entre sable ou piste ondulée….
    Mais je sais que tu aimes un peu ce coté sadique !
    C’est parfois a se demander si tu aurais pas du acheter un kit avec une spatule de ski au lieu de la roue avant !
    Apparemment les auberges sont bien placée et heureusement… ça fais des kilo à trainer !!!
    Ahhhh quand il fait froid, la chaleur humaine reste la meilleurs !
    Trop dingue ces cactus sur l’ile, t’as pas vu de cowboys ?

    Merci pour les news pouliche

  2. Joyeux Noël!!!!!!! J’espère que la journée n’a pas été trop dure et que vous avez pu avoir un petit extra pour le réveillon (un bon repas ou une petite bouteille ??….)
    ON PENSE BIEN À TOI!
    Véro, Dan et Mané

    1. Coucou,
      Merci beaucoup et joyeux noël 🙂 Je pense aussi à vous et ça fait plaisir d’être lu.
      Le père noël est un peu en retard pour le prochain article suite à une perte de donnée mais ça va arriver.

      Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *