Archives de
Catégorie : Nouvelle-Zélande

Nouvelle-Zélande : Monts et Mer veillent

Nouvelle-Zélande : Monts et Mer veillent

Bonjour bonjour,
Voilà, mon périple est terminé et je suis déjà de retour dans les Contrées Alsaciennes. Je peux désormais vous résumer mes aventures néozélandaises et vous dévoiler les superbes paysages sauvages de l’île du sud.

Préparatifs et premiers kilomètres

J’arrive à Christchurch après un saut dans le temps à travers les divers transits. C’est simple, je prends l’avion samedi à San José, j’arrive mardi matin en Nouvelle-Zélande (La ligne de changement de date aidant).
Je me laisse 2 jours de repos, de visite et de réparation de ZigZag (la cassette et la chaîne avaient bien rouillé au Costa Rica) tout en planifiant mon futur itinéraire. Je suis accueilli par Leisa une Néo-Zélandaise utilisant Warmshower. Super elle me montre tous les guides de l’île avec tous les trails possibles !!!
Je démarre pour attaquer au plus vite les montagnes : direction Arthur’s pass.

Castle Hill

Ça grimpe, plusieurs semaines que je n’ai pas fait de longs dénivelés, je le sens tout de suite. Je monte donc au col en 2 jours et 170 km ; en chemin je passe par Cave Stram Reserve : une petite source qui passe sous une montagne qu’il est possible de remonter d’un bout à l’autre sur quelques centaines de mètres. Équipé d’une frontale il est possible de le faire sans aucun guide à condition d’accepter d’avoir de l’eau jusqu’à la taille. C’est en fait une sacrée cascade que je remonte avec une famille m’indiquant le chemin. Une première expérience enivrante totalement gratuite (vous en verrez plus dans la vidéo).

L’entrée de la cave = la sortie de la source

Je reprends la route vers le col et l’atteins après 1000m de dénivelés. Je profite de ma première descente au milieu des montagnes néo-zélandaises.

Vallée avant Arthur’s pass
Arthur’s pass

Au détour d’une piste je passe un pont et découvre une petite rivière ayant une eau éclatante. Ni une, ni deux, je me rafraîchis dans cette superbe rivière apparemment inconnue de tous. Bien qu’elle soit un peu froide, c’est l’eau la plus claire dans laquelle je me suis baigné jusqu’à présent.

eh non, ce n’est pas une piscine

Je continue ma route, frais, prêt à découvrir ce que me réserve la côte ouest.

Le soir je me rends à un camping et rencontre un couple de Français voyageant en van. On passe la soirée ensemble en partageant des expériences de voyages autour d’un super plat [Merci encore Jenny & Baba c’était une super soirée].
Le lendemain matin on aperçoit un chercheur d’or dans la rivière proche du camping. Nous discutons un peu avec lui et apprenons un peu de ces techniques et de sa vie. Je continue mon chemin sur le West Wilderness Trail : un parcours à vélo à travers la luxuriante nature de la côte ouest. Ce trail est juste extra !! Une végétation dense se mêle aux montagnes et aux rivières environnantes et nous [un américain à vélo rencontré quelques kilomètres auparavant et moi] passons sur un petit sentier en se forçant à ne pas faire de photos tous les kilomètres.

West Wilderness Trail

On s’arrête en chemin dans un ranch réaménagé en restaurant pour cyclistes et nous enchaînons la fin du trail dans des sentiers très fun à rouler : de petits virages longeant un minuscule canal descendant la montagne (créé pour les mines d’or de l’époque), ou encore de petits sentiers où l’inertie suffit pour rouler sans forcer. Ce trail est parfait 😀
En fin d’après-midi, après une belle journée de 80km, je quitte mon co-cycliste à la petite ville d’Okitika au bord de l’océan. En effet, ce soir j’ai prévu de dormir chez un hôte warmshower. Il m’accueille chaleureusement ainsi que deux autres cyclotouristes suédois. Eux, ont parcouru quasiment toute l’Europe de l’est, une partie du Moyen-Orient, l’Asie du sud-est et l’Indonésie à vélo. On discute donc voyages à vélo toute la soirée. Kévin, l’hôte, nous raconte qu’il voyage désormais comme ça : en recevant et partageant des histoires avec d’autres cyclistes.

Le lendemain, je dois dire au-revoir à ces sympathiques voyageurs qui vont justement rouler sur le trail que j’ai parcouru hier. On échange quelques indications et contacts et je remarque que le porte-bagage de Zig-Zag n’est plus droit. Une vis a dû se casser hier… Je perds donc une grosse demi-journée à le réparer et surtout à trouver la vis qu’il me faut.
Je quitte la ville à 15h, direction le nord le long de la côte.

Après Oktitika

La côte est très sauvage mais il commence à y avoir beaucoup de vent, je repère un camping pas cher que je pourrai atteindre avant la tombée de la nuit. Je rentre un peu plus dans les terres au niveau de Greymouth.

Une bonne nuit de sommeil et un bon repas pour attaquer encore une grosse portion jusqu’à la côte nord de l’île du sud. Les paysages et les vallées traversés sont, là encore, à la hauteur de la réputation du pays.

Le Rainbow Trail que je comptais emprunter pour faire une boucle et revenir à Christchurch est malheureusement fermé à cause des conditions météo. Mon pote Flo qui va m’accompagner à travers l’île du Sud pour une semaine et demi arrive dans quelques jours et je dois le retrouver là-bas.
Je décide donc d’aller vers Nelson et de là-bas, prendre un bus pour redescendre sur Christchurch. Il me faut 4 jours de vélo, qui se transforment en 5 à cause d’une journée de pluie torrentielle, pour atteindre Nelson.

Vers Nelson

J’ai la chance d’arriver à acheter la dernière place d’un bus me permettant d’arriver quasiment au même moment que mon pote à Christchurch. En chemin le bus s’arrête à Kaikoura. Je vous laisse admirer :

Kaikoura

J’aurais adoré pédaler le long de cette côte mais il faut faire un choix, l’île du sud est très grande, je me rends compte qu’il faudrait plusieurs mois à vélo pour vraiment voir toute la diversité qu’offre le pays.
J’ai hâte de rouler avec Florian, les prochains jours s’annoncent magnifiques…